vendredi 12 avril 2013

Les médecins sont trompés par la visite "médicale"

Selon une étude internationale, la Visite Médicale informe mal les médecins et met en danger les patients. Pourtant, dans plus de la moitié des cas, les médecins n'y voient que du feu.

Cette étude montre que le représentant commercial (appelé à tort "visiteur médical") ne donne pas toutes les informations vitales à la santé du patient et ne permet pas aux médecins de faire le bon choix.

Il serait temps que cesse cette pratique scandaleuse, qui vise à apporter le marketing au coeur de notre dispositif de prescription. La Formation Initiale des médecins devrait enfin comporter cet avertissement majeur : "La Visite médicale met les patients en danger!" 

 

Représentants en produits pharmaceutiques et sécurité des patients: une étude comparative prospective de la qualité de l'information au Canada, en France et aux États-Unis. 

Mintzes B , Lexchin J , Sutherland JM , Beaulieu MD , MS Wilkes , Durrieu G , E Reynolds .

Source : École de la population et de la santé publique, Université de la Colombie-Britannique, n ° 307, 2176 Health Sciences Mall, Vancouver, Colombie-Britannique, V6T 1Z3, Canada, Barbara.mintzes @ ti.ubc.ca.

Résumé

INTRODUCTION:

Les informations fournies par les représentants pharmaceutiques sont connues pour influencer la prescription. Pour permettre une prescription sans danger, l'information sur les médicaments doit inclure les risques ainsi que les bénéfices. Le règlement prend en charge cet objectif, mais l'efficacité relative des différentes approches n'est pas connue. Les Etats-Unis (US) et la France régulent directement la promotion des médicaments; le Canada repose sur l'autorégulation du secteur. La France a les normes les plus strictes de l'information.

MÉTHODES:

Il s'agit d'une étude prospective de cohorte à Montréal, Vancouver, Sacramento et Toulouse. Nous avons recruté des échantillons aléatoires de médecins de soins primaires de mai 2009 à Juin 2010 interrogés après des visites commerciales. Le critère principal de jugement était «Consignes de sécurité minimal adéquat" (mention d'au moins une indication, événement indésirable grave,  événement indésirable commun et contre-indication, et aucune réclamation de sécurité non qualifiés ou des indications non approuvées).

RÉSULTATS:

Deux cent cinquante-cinq médecins ont rapporté 1.692 promotions spécifiques d'un médicament .
«Consignes de sécurité minimalement adéquat" ne diffère pas: 1,7% des promotions; plage de 0,9 à 3,0% par site.
Les représentants des ventes fourni quelques vs aucune information sur le préjudice le plus souvent à Toulouse qu'à Montréal et à Vancouver: 61% vs 34%, OR = 4,0, IC 95% 02.08 à 05.06, ou Sacramento (39%), OR = 2,4, IC 95 % IC 1.7 à 3.6. 
Les événements indésirables graves ont été rarement mentionné (5-6% des promotions dans les quatre sites), bien que 45% des promotions visaient des médicaments avec l'avertissement "boîte noire" de la US Food and Drug Administration (FDA)  indicateur de risques graves.
Néanmoins, les médecins ont jugé la qualité de l'information scientifique soit bonne ou excellente dans 901 (54%) des promotions, et a indiqué prêts à prescrire 64% du temps.

DISCUSSION:

 Les «Consignes de sécurité minimalement adéquat» ne diffèrent pas dans le sites américains et canadiens, en dépit des différences de réglementation. A Toulouse, en conformité avec des normes plus strictes, l'information a été plus mal fournie. Cependant, dans tous les sites, les médecins ont rarement été informés des effets indésirables graves, ce qui soulève des questions quant à savoir si les approches actuelles de régulation des représentants protègent adéquatement la santé des patients.

Pharmaceutical Sales Representatives and Patient Safety: A Comparative Prospective Study of Information Quality in Canada, France and the United States.

 

Voir aussi cet excellent travail (traduction faite par la HAS)

 

http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/Effets-secondaires-des-medicaments--l-info-fait-parfois-defaut-2414.html 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire